24/05/2010 | 18:30:00

Adhésion à l'OMC: influence positive sur la croissance économique

L'intégration à l'économie mondiale, particulièrement l'adhésion à l'OMC (Organisation mondiale du Commerce), ont beaucoup contribué à la croissance économique du Vietnam, a analysé l'Institut national de recherche sur la gestion économique.

En 2009, à cause des impacts de la crise économique mondiale, le PIB national n'a atteint que 5,3%, ce qui est malgré tout supérieur à celui de nombre d'autres pays dans le monde.

Le processus d'intégration a aidé le Vietnam à élargir ses marchés, à intensifier ses exportations, à attirer davantage d'IDE (Investissement direct étranger), à perfectionner son économie de marché, à créer des emplois, à repousser la pauvreté ainsi qu'à aider les entreprises à accéder plus facilement aux matières premières.

Pour une intégration internationale rapide et durable, le Vietnam doit élaborer un nouveau modèle de croissance économique approprié à son processus d'intégration, ont estimé plusieurs experts, lors d'un colloque tenu lundi à Hanoi pour évaluer les effets socioéconomiques du Vietnam après trois ans d'adhésion à l'OMC.

Ces derniers temps, l'économie vietnamienne s'est basée trop longtemps sur les ressources naturelles du pays. C'est ce modèle de croissance qui a conduit à des politiques d'attraction des IDE négligeant la qualité ou des exportations basées essentiellement sur les ressources naturelles, a estimé Tran Dinh Thien, chef de l'Institut de l'économie du Vietnam.

Selon M. Thien, trois ans d'adhésion à l'OMC ont permis de relever la compétitivité de l'économie nationale et l'année 2009 a permis de vérifier la réactivité de l'économie et la bonne direction gouvernementale en période de crise.

C'est pourquoi, élaborer un nouveau modèle de croissance approprié au processus d'intégration est crucial pour que le Vietnam puisse s'intégrer avec succès à l'économie mondiale, a dit M. Thien.

Partageant la même idée, le professeur Nguyen Mai, ancien membre du Comité d'étude du Premier ministre, a estimé que le gouvernement devrait élaborer un nouveau programme d'intégration économique mondiale, plus global et plus intégral, dans lequel seront définies des solutions et stratégies pour chaque partenaire et pour chaque secteur concrets.

Soulignant que l'élaboration d'un nouveau modèle de croissance était une question pressante, l'ancien vice-Premier ministre Vu Khoan a averti que "sans nouveau modèle, nous ne remédieront pas aux faiblesses de l'économie et ne seront pas capables de nous intégrer avec succès à l'économie mondiale".

Les faiblesses sont la moindre qualité de croissance qui dépend beaucoup de l'investissement, la faible compétitivité et aussi des institutions, des infrastructures et des ressources humaines qui laissent à désirer.

Mme Pham Chi Lan, ex-membre du Comité d'étude du Premier ministre, a estimé que pour s'intégrer avec succès à l'économie mondiale, il faut élever la compétitivité des économies, des produits, des entreprises, ainsi que les capacités de l'Etat en matière de direction et de gestion.

Imprimez Favoris