07/04/2010 | 21:31:00

Hanoi: le nouveau patrimoine documentaire mondial à l'honneur

La reconnaissance par l'UNESCO des 82 stèles des Docteurs du Van Miêu-Quôc Tu Giam en tant que patrimoine documentaire mondial est un grand honneur pour Hanoi et aussi pour le Vietnam, surtout dans le contexte où le pays s'apprête à célébrer le millénaire de Thang Long-Hanoi.

C'est ce qu'a déclaré le vice-Premier ministre permanent Nguyên Sinh Hung, lors d'une cérémonie organisée mercredi au Van Miêu-Quôc Tu Giam (Temple de la Littérature - première université nationale du Vietnam), à l'occasion de la réception du certificat reconnaissant les stèles des Docteurs en tant que patrimoine documentaire mondial.

Le dirigeant a également fait grand cas de l'adoption, lors de la 35è session de la Conférence générale de l'UNESCO, de la résolution sur la participation à la fête du millénaire de la capitale vietnamienne, permettant de hisser cet évènement au niveau mondial.

Ces stèles constituent le 2e patrimoine du Vietnam, après les "Moc Ban" (Tablettes de bois) de la dynastie des Nguyen, à figurer dans la liste des patrimoines documentaires du monde relevant du programme "Mémoire du Monde" de l'UNESCO. Elles sont considérées comme des témoins de l'éducation confucéenne du pays : les inscriptions étant l'oeuvre de célébrités culturelles et de brillants universitaires d'alors.

Le Temple de la Littérature a été édifié en 1070, et la première université nationale du Vietnam, en 1076, sous la dynastie des Ly (1010-1225). Après de nombreux concours royaux, le roi Lê Thanh Tông (1460-1497) ordonna en 1482 l'érection de stèles en pierre portant les noms et les terres d'origine des premiers lauréats de ces concours impériaux, et ce depuis le premier concours de 1442, qui eut lieu sous la dynastie des Lê. Entre 1442 et 1779, 124 concours de doctorat ont été organisés, mais seulement 82 ont été conservées au Van Miêu - Quôc Tu Giam. Elles sont érigées sur le dos de tortues de pierre, symbole de l'immortalité.

Selon les historiens, ces stèles ont une grande valeur, tant historique, culturelle qu'artistique. Elles sont considérées comme des documents historiques en pierre permettant de connaître la vie et l'oeuvre des lauréats du régime impérial ainsi que l'histoire de l'institution qu'est le concours des lettrés. Chaque stèle est par ailleurs une oeuvre d'art en elle-même, arborant des sculptures raffinées. À travers chacune d'elles, on peut suivre le développement des beaux-arts au Vietnam du 15e au 18e siècle, ce qui confirme par ailleurs leur originalité par rapport à d'autres.

La fondation du Van Miêu-Quôc Tu Giam dans la citadelle de Thang Long a marqué un pas décisif dans le développement intellectuel comme de l'éducation au Vietnam, créant un système de concours des lettrés qui perdura neuf siècles. -AVI

Imprimez Favoris