03/03/2010 | 15:43:58

Nécessité de développer les villages de métiers

Avec l'extension de ses limites administratives, Hanoi a intégré plus d'un millier de villages de métiers et des millions d'artisans. Le défi qui se présente désormais est de donner un nouvel élan à l'économie de ces villages pour créer des emplois et stabiliser la vie en zone rurale.


Il y a dans l'ancienne province de Hà Tây (officiellement rattachée à Hanoi depuis le 1er août 2008) 1.180 villages de métiers abritant plus de 3.000 entreprises et 160.000 familles d’artisans. Le village de métier est une entité spécialisée autour d'un type d'artisanat particulier : sculpture sur bois, laque, céramique, travail du cuivre, etc. Les villages de métiers représentent 80% du montant de la production artisanale locale (soit plus de 4.000 milliards de dôngs chaque année).


Dans certaines localités, ce sont près de 90% de leurs habitants qui travaillent dans le métier spécifique du village. On peut citer entre autres Van Phúc (soierie), Phú Vinh (rotin), Phùng Xá (métal), Van Ðiêm (meubles), Luu Thuong (bambou), Son Ðông (sculpture), Tam Hiêp (peluches)...


Les villages de métiers traditionnels, vieux de centaines d'années, côtoient ceux qui ont vu le jour récemment, comme les villages spécialisés dans la couture de ballon, la confection, la fabrication de peluches, d'encens... Une immense richesse qu'il faut conserver et développer.


Avant le lancement en 1986 de la politique de Renouveau (Dôi moi), la fabrication artisanale a connu une période de morosité due au faible pouvoir d'achat des consommateurs et à un système économique peu dynamique. Mais depuis plus d'une dizaine d'années, les villages de métiers se sont relancés et se développent de plus en plus.


Ainsi, le village de fabrication de meubles de Van Ðiêm, qui produisait seulement par l'intermédiaire de petites familles d'artisans, est-il devenu un village de production industrielle avec une cinquantaine d'entreprises. Celles-ci utilisent non seulement aux matières premières et au marché domestique, mais importe aussi du bois du Laos, d'Inde et d'Afrique pour fabriquer des meubles exportables. Signe de réussite économique : une dizaine de banques commerciales ont ouvert des succursales à Van Ðiêm.


Mais ce dynamisme ne s'arrête pas là. Actuellement, les produits en rotin et bambou tressés, laque poncée, soie, peluche, textiles des villages de métiers de l'ancienne Hà Tây sont présents sur divers marchés étrangers comme l'Union européenne, la Chine, le Japon, les États-Unis, l'Australie...


Hà Tây a vu la création de grandes entreprises dont le chiffre d'affaires annuel atteint des centaines de milliards de dôngs, implantées dans des zones ou complexes industriels, et spécialisées dans la fourniture de matières premières, l'achat de produits et la recherche d'importateurs pour les villages de métiers. Une véritable industrie de grande envergure voit le jour…


Afin d'accompagner cet extraordinaire progrès, Hanoi réquisitionnera prochainement une grande superficie de terres agricoles pour construire des agglomérations et des voies de circulation dans les districts de Quôc Oai, Thach Thât, Phúc Tho, Hoài Ðuc, Chuong My... au service spécifique de l'économie de ces villages de métiers, mais aussi pour favoriser la création de centaines de milliers d'emplois pour les paysans. Un engagement fort, à la hauteur d'un grand essor économique ! - AVI

Imprimez Favoris