30/12/2009 | 16:55:00

Oc Eo éligible au patrimoine de l'humanité

Près de 60 interventions présentées lors d'un récent colloque de l'Association du patrimoine culturel vietnamien sur la culture d'Oc Eo ont mis en évidence la nécessité de la faire reconnaître en tant que patrimoine de l'humanité.

Depuis les premières fouilles réalisées en 1944 sur le monticule d'Oc Eo (district de Thoai Son, province méridionale d'An Giang) par le chercheur français Louis Malleret de l'Ecole française d'Extrême-Orient (EFEO), des archéologues nationaux et étrangers ont découvert une bonne centaine de sites relevant de cette culture et répartis sur quasiment la totalité du delta du Mékong, permettant de mieux connaître cette culture.

Apparue vers le Ier après J.-C et se développant jusqu'au VIIe, cette culture est essentiellement implantée dans les parties orientale et occidentale du Nam Bo. Elle est fondée sur la base de civilisations indigènes, dont celle de Dong Nai. Dès son émergence, ses membres ont eu des échanges avec les pays de la région tels que la Chine, l’Inde, le Proche-Orient, voire même ceux de la Méditerranée.

Des objets abondants et divers, de forme et de matière variées comme pierre, bronze, céramique, or, pierre précieuse et argent, témoignent de l'habileté et de la créativité de ses artisans vers les premiers siècles après J.-C. Cette civilisation est l'une de celles qui ont donné lieu aux premiers Etats antiques du Sud, dont l'admirable royaume du Founan.

Selon les études de Louis Malleret, Oc Eo aurait été la ville portuaire la plus importante du royaume du Founan. Elle aurait été reliée par un canal à la ville d'Angkor Borey, située à 90 kilomètres plus au nord, qui était vraisemblablement la capitale de ce royaume.

Parmi les causes les plus importantes de la floraison d'Oc Eo, figure sa situation sur les routes commerciales maritimes entre la péninsule malaise et l'Inde d'une part, et entre le Mékong et la Chine d'autre part.

La ville d'Oc Eo est estimée comme vestige typique de la civilisation d'un pays apparu très tôt en Asie du Sud-Est et dont l'ampleur fut des plus importantes dans cette région lors de la première moitié du premier millénaire après J.-C.

Imprimez Favoris