Le lancer des pao (une sorte de balle en tissu), un jeu indispensablelors de la Fête de l’indépendance des H’mông. Photo : VNA

Pour qu’enfin le tourisme du Nord-Ouest décolle

Ces dernières années, le secteur touristique de la région Nord-Ouest a bénéficié d’importants investissements de la part de l’État ainsi qu’au niveau local. Pourtant, les retombées tant attendues se font attendre. La stratégie de développement est-elle à revoir ? Avis de responsables. 


Le lancer des pao (une sorte de balle en tissu), un jeu indispensablelors de la Fête de l’indépendance des H’mông. Photo : VNA


Publicité et promotion de l’investissement

Nguyên Xuân Phuc, vice-Premier ministre et chef du Comité de pilotage du Nord-Ouest
 
Nombre de provinces de la région Nord-Ouest renforcent actuellement les campagnes de publicité sur leurs atouts touristiques, la promotion des investissements et la coopération interlocalités afin de donner un nouvel élan au développement de l’industrie sans fumée. La meilleure illustration est sans conteste le modèle de coopération Lào Cai - Yên Bai - Phu Tho dans le cadre des programmes touristiques «Retour aux sources» et «À travers les régions patrimoniales du Viêt Bac-Thai Nguyên 2015». Ce modèle contribue à réduire la pauvreté dans les six provinces du Viêt Bac que sont Cao Bang, Bac Kan, Lang Son, Thai Nguyên, Hà Giang et Tuyên Quang.

Beaucoup d’entreprises vietnamiennes, à commencer par les voyagistes de Hô Chi Minh-Ville, font des recherches dans la région Nord-Ouest pour y mener des projets d’investissement. Saigontourist compte par exemple trois projets en cours avec la construction de la villégiature Sai Gon-Ban Giôc (Cao Bang), de la zone éco-touristique Sai Gon-Ba Bê (Bac Can) et de l’hôtel Sai Gon-Phu Tho.

Cependant, le manque d’infrastructures de communication, les investissements limités, les retombées publicitaires anecdotiques ou encore la promotion insuffisante de l’investissement dans la région sont un frein important à l’essor du tourisme. À cela vient se greffer le manque de connexion inter-provinciale et inter-régionale.

Priorité aux investissements dans les infrastructures

Nguyên Van Tuân, chef de l’Administration nationale du tourisme
 
La région Nord-Ouest doit donner la priorité au développement des infrastructures et du personnel touristiques et à la création de produits spécifiques et originaux. Concrètement, il faut restaurer les axes de communication inter-provinciaux importants afin de relier les circuits touristiques, notamment ceux dans le cadre du programme «À travers les régions patrimoniales du Viêt Bac-Thai Nguyên 2015».

Et dans l’objectif d’édifier un label touristique régional, il apparaît également indispensable de mettre sur pied des zones touristiques au niveau national associées à la création de produits spécifiques à la région.

D’ici 2020 puis 2030,  la région envisage de développer les zones touristiques du plateau calcaire de Dông Van (Hà Giang) ; de Diên Biên Phu - Pa Khoang (Diên Biên) ; des chutes de Ban Giôc (Cao Bang) ; de Môc Châu (Son La) ; de Tân Trào (Tuyên Quang) ; du lac Ba Bê (Bac Kan) ; de Mâu Son (Lang Son) ; de Sa Pa (Lào Cai) ; du temple des rois Hùng (Phu Tho) ; du lac de Hoà Binh (Hoà Binh) ou encore de celui de Thac Bà (Yên Bai).

 


La danse sap de l’ethnie Thai dans la province de Hoà Binh. Photo: VNA


Afin d’attendre ces objectifs, les autorités provinciales doivent également inciter les entreprises à investir dans le développement des infrastructures, des services touristiques et de produits spécifiques au Nord-Ouest comme le tourisme de villages d’artisanat traditionnel, de festival combiné aux valeurs du patrimoine culturel, d’aventure ou encore l’écotourisme.

Renforcer les activités de connexion

Nguyên Ngoc An, directeur du Service de la culture,des sports et du tourisme de la province de Phu Tho
 
Le secteur du tourisme de Phu Tho envisage de renforcer la coopération au profit du développement de l’industrie sans fumée avec les localités du pays et à l’étranger, notamment dans le développement des infrastructures touristiques, la diversification des produits, mais aussi la publicité et la promotion du tourisme.

Situé dans le couloir économique Côn Minh - Lào Cai – Hanoi - Hai Phong - Quang Ninh, Phu Tho relie les provinces du delta du fleuve Rouge à celles de la région montagneuse du Nord. La localité souhaite coopérer avec les provinces voisines afin d’accélérer le développement touristique, permettant de faire de Phu Tho une destination de choix pour les visiteurs, toutes nationalités confondues.

Phu Tho recense 1.372 sites historiques et culturels dont 74 classés au niveau national et 202 au niveau provincial. En 2009, le complexe des sites historiques du temple des rois Hùng a été reconnu par l’État en tant que site national particulier. Puis, le hat xoan (chant printanier) a été reconnu en 2011 par l’UNESCO patrimoine culturel immatériel de l’humanité nécessitant une sauvegarde urgente. En outre, la province abrite le Parc national de Xuân Son, l’un des trois grands parcs du Vietnam à disposer d’une telle biodiversité.

Dérouler le tapis rouge aux investisseurs

Luong Thi Vân Anh, directrice du Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Son La
 
Dans l’objectif de faire du tourisme un secteur économique de pointe, Son La a réservé des politiques privilégiées en faveur des investisseurs. Elle a fait sa priorité de l’amélioration de l’environnement de l’investissement et du renouvellement des activités  promotionnelles de l’investissement. La province applique des mesures concernant l’aménagement du territoire, met en œuvre une réforme administrative et restaure ses infrastructures afin de créer des conditions propices aux entreprises qui souhaitent y investir. De plus, elle organise régulièrement des rencontres directs avec les investisseurs afin de remédier aux difficultés qu’ils rencontrent.

Son La table sur plus de 1,2 million de touristes en 2020, avant d’atteindre les 3 millions en 2030. Le secteur devrait ainsi réaliser un chiffre d’affaires de 1.500 milliards de dôngs en 2020 et de 6.000 milliards de dôngs en 2030, avec à la clé la création de 10.000 à 30.000 emplois. - CVN/VNA