Un colloque intitulé «L’air propre – la ville verte » a été organisé le 7 juin à Hanoï par le Centre «Live & Learn » et l’Agence des Etats-Unis pour le  développement international (USAID) pour partager les mesures, les actions et mobiliser les ressources pour améliorer la qualité de l’air de Hanoï.

L’assistance a discuté de l’amélioration de la qualité de l’air pour protéger la santé des habitants, des politiques pour la gestion de la qualité de l’air, de l’utilisation efficace et durable des énergies, de la gestion urbaine, de la vie verte…

La capitale a investi dans le contrôle et le traitement de la pollution de l’environnement et pris de nombreuses mesures pour renforcer la gestion de la qualité de l’air et le contrôle des ressources causant la pollution. En fait, la capitale a établi et opéré le système de dix stations d’observation de l’air automatiques et rendu publics les résultats sur son site web officiel, a annoncé le directeur adjoint du service municipal des ressources naturelles et de l’environnement, Nguyen Minh Muoi.

Alors, la qualité de l’air de la capitale s’est nettement améliorée, notamment dans les zones industrielles et les quartiers résidentiels. Selon les prévisions, d’ici l’an 2020, la ville projette d’installer plus de 70 stations d’observation de l’air automatiques, a-t-il ajouté.

Présent au colloque, Anna Pia Schreyoegg de l’organisation de coopération internationale de l’Allemagne a partagé des mesures afin d’améliorer la qualité de l’air de Hanoï à travers le projet sur la gestion de la qualité de l’air et la réduction des effets des changements climatiques. -VNA